Qu’est-ce qu’un benchmark ?

Méta description : le benchmarking vous aide à orienter vos stratégies pour atteindre vos objectifs. Il s’agit de capter les bonnes pratiques dans divers secteurs, pour les adapter dans votre processus en y apportant une touche novatrice.

Le benchmark sert à améliorer vos prises de décisions en matière de plan d’action. Il permet de mesurer les performances de votre entreprise sur tous les aspects. Tous les maillons qui structurent votre entreprise peuvent être « benchmarker ». Ses avantages sont évidents. Pour vous aider à mettre en place un benchmark efficace, nous allons parler de la méthodologie et des outils pour le réaliser.

Le benchmark est un technique marketing né au début des années 1980. Il consiste à réaliser une étude comparative des modes de gestion et d’organisation des entreprises concurrentes ou « pas ». Le but est d’en tirer le positif pour l’adapter dans son propre processus. Le benchmark est reconnu par les entreprises, comme étant un outil efficace pour rester compétitif. Il se différencie de l’analyse concurrentielle par l’étendue des secteurs d’activités qu’il prend en charge. En effet, contrairement à l’analyse concurrentielle, le benchmark confronte les performances au-delà de la concurrence.

Quels sont les différents types de benchmark ?

 Le benchmark peut être appliqué en Interne. La comparaison se fait entre les services de l’entreprise en confrontant leurs niveaux d’efficacités. C’est une manière d’initier cette technique dans votre stratégie.
 Le benchmark concurrentiel aussi appelé compétitif, s’applique aux concurrents directs. Il consiste à se confronter avec la concurrence. Il est compliqué à réaliser en raison de l’accessibilité des informations.
 Le benchmark fonctionnel qui consiste à relever les points forts d’autres entreprises, pas forcément concurrentes, en termes de gestion de ressources humaines, de logistiques ou d’administration. Le pari est de rendre meilleure l’organisation globale de l’entreprise.
 Le benchmark générique appelé aussi horizontal qui constitue à rechercher les meilleures méthodes de travail sur les différents secteurs d’activités. Il est important dans ce cas, de se baser sur des entreprises reconnues sur le sujet d’analyse.

Pourquoi faire un benchmark ?

Faire un benchmark est intéressant, dans la mesure où il permet de comparer les performances et de suivre l’évolution du marché. Non seulement au niveau des produits, mais également en matière d’organisation. Vous pouvez améliorer votre plan d’action en identifiant les bonnes pratiques au niveau des : opportunités spécifiques, besoins de la clientèle, objectifs de performance.

Le benchmark peut intervenir lorsque vous souhaitez améliorer votre positionnement sur Internet, votre stratégie commerciale, ou votre relation clientèle.

Comment réaliser un benchmark ?

Identification des points à améliorer

Dans cette première étape, l’objectif est d’identifier les axes à améliorer et les cibles à atteindre au sein de votre entreprise. Le diagnostic peut se faire sur différents points de vue : production, achats, vente, logistique, etc.

Spécifiez et évaluez de manière critique vos performances en édifiant un questionnaire pertinent. L’importance de cette phase, réside dans le fait qu’elle permet de cadrer votre benchmark. A l’issue de cette étape, vous obtiendrez les indicateurs à analyser et à comparer avec les autres entreprises.

Choix des entreprises à étudier

Cette deuxième étape constitue le cœur de votre benchmark. Elle consiste à relever les tactiques efficaces utilisées par les autres entreprises. Le choix du panel d’entreprises est libre : concurrent ou non-concurrent, multinationale ou start-up, etc. Mais pour éviter la surcharge d’information, abstenez-vous à 5 entreprises au maximum. Toutefois, il est important de baser les critères de choix sur les performances des organismes par rapports aux axes à améliorer que vous avez préétabli.

Pour les évaluer, basez-vous sur des sources d’informations fiables comme la presse, les résultats d’études, les avis de commerciaux et de clients, les réseaux sociaux, les sites gouvernementaux pour les états financiers, etc.

Collecte et analyse des données

Cette phase vous mène à définir les erreurs dans votre stratégie. L’idéal dans chacune des étapes du benchmark est d’exprimer les résultats par des chiffres et de les classer dans un tableau. Cela facilite la visualisation. Cette méthode est d’autant plus valable pour cette étape dans la mesure où chaque critère y est analysé. Une organisation de travail structurée est essentielle.

Les statistiques sont croisées pour marquer les écarts de résultats et identifier les indicateurs qui limitent la progression. Pour obtenir les informations, il est nécessaire de collaborer avec les entreprises « non-concurrents », dans le cadre d’échanges d’informations. Pour vos concurrents, vous pouvez examiner les informations via les médias sociaux, les sites financiers, la présence sur le web, etc.

Structurer la stratégie

Après avoir compilé puis synthétisé les résultats, il est temps de les intégrer. Cette étape ne consiste pas à « copier-coller », il s’agit de s’inspirer de ces points forts pour les adapter à son processus. Les actions sont menées de manière spécifique et concrète dans le respect des objectifs définis. Pour ce faire, élaborez un plan détaillé, tiré des enseignements captés.

Communiquer les résultats

Le partage des informations fait partie du processus. Le résumé des résultats clé, des conclusions et des recommandations sont présentés à chaque responsable sous forme de rapport. En y soulignant les objectifs de l’entreprise.

Quels outils utiliser pour faire un benchmark ?

Le benchmark est un travail fastidieux qui nécessite l’usage d’outil adéquat. Il est possible d’utiliser un tableau Excel ou des outils en ligne dédiés.

 Excel est simple et gratuit avec des bonnes fonctionnalités comme les pondérations et les rendus graphiques. Cependant, il convient moins à des benchmarks visuels qui nécessitent l’intégration de saisies d’écran.
 Les outils en ligne dédiés au benchmark sont nombreux. Ils existent en versions gratuites ou payantes qui permettent de réaliser : des grilles de notation, des tris par catégories des pondérations des critères, et des graphiques. Mais leurs principaux avantages restent l’automatisation.

Le benchmark digital

Le benchmark est essentiel dans le domaine digital pour identifier les meilleurs outils digitaux et les stratégies webmarketing.

Le benchmark digital implique d’étudier les contenus des autres organismes, leurs investissements en termes de référencements, leurs stratégies digitales, la structure de leurs sites, etc. Le but n’est pas d’imiter, mais d’adapter les bonnes pratiques en tenant compte de votre audience.

Le benchmarking est une source d’inspiration pour votre entreprise. Il démontre les lacunes, mais peut aussi prouver que vous êtes leader dans votre domaine..

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap