4 pièges de la ligne d’objet qui détruisent votre courrier électronique Tarifs ouverts

4-subject-ligne-émissions-détruire-mail-ouvert-taux.jpgOk, vite : décrivez-vous en 10 mots ou moins ! — Pas si facile, n’est-ce pas ?

Condenser un sujet important en dix mots n’est pas une tâche facile et, pour les spécialistes du marketing d’ici et d’ailleurs, c’est un défi quotidien présenté par l’objet des courriels.

Avec 33% des destinataires de courrier électronique ouvrent des messages en se basant uniquement sur l’objetSi vous avez besoin d’une copie de votre campagne, ce petit bout de papier peut souvent faire ou défaire le succès de votre campagne.

Malheureusement, malgré cela, beaucoup trop d’organisations continuent de commettre des erreurs d’amateur qui finissent par faire baisser leurs taux d’ouverture globaux. Pour vous aider à vous démarquer, voici quatre erreurs courantes dans la ligne d’objet qui font baisser les taux d’ouverture de vos e-mails, ainsi que des conseils sur la manière de les corriger.

Erreur n°1 : trop donner

Le sujet d’un courriel est censé être une allusion.

Il a été conçu pour donner un bref aperçu du message plus long qui se trouve à l’intérieur, mais de temps en temps, un spécialiste du marketing arrive et donne l’ensemble de la campagne dans cet extrait.

Nous avons tous déjà entendu cette expression, « pourquoi acheter la vache quand on peut avoir le lait gratuitement ».

Pourquoi un lecteur devrait-il ouvrir votre e-mail alors qu’il a déjà reçu le message en entier ? Alors que vous leur avez déjà dit tout ce qu’ils doivent savoir, quelle est leur motivation à cliquer ?

Comment y remédier ? Créer un écart de connaissances ou de curiosité avec l’objet de votre courriel. En d’autres termes, vous voulez présenter une idée ou une solution suffisante pour susciter l’intérêt de votre lecteur, mais en omettant juste assez pour qu’il soit obligé de cliquer sur « ouvrir » afin de satisfaire sa curiosité.

Prenez par exemple ces sujets de ma boîte de réception :

  • « Pourquoi j’ai lancé Canva »
  • « Le guide des meilleures tendances de l’été »
  • « Le Snapchat à 6 voies bouleverse la publicité telle que nous la connaissons »
  • « Il vous manque la meilleure partie de la grammaire »
  • « Quel est le meilleur moment pour être créatif ? »

Pourquoi a-t-elle lancé Canva ? Quelles sont exactement les meilleures tendances ? COMMENT Snapchat change-t-il la publicité ?

Comme dans ces exemples, vous voulez que votre sujet soulève des questions dans l’esprit du lecteur, de sorte que la seule façon pour lui de trouver la réponse est de cliquer à travers.

Erreur n°2 : être trop long

Si la popularité de Snapchat, Twitter, Instagram et d’autres sites de micromédias a appris quelque chose aux spécialistes du marketing, c’est bien cela : (1) les gens sont mobiles et (2) leur durée d’attention est plus courte que jamais.

En moyenne, Les lignes d’objet des courriels ne comportant que 4 à 15 caractères offrent les taux d’ouverture les plus élevés et comme la plupart des écrans mobiles ne peuvent afficher que 4 à 7 mots avant d’être coupés, il faut pouvoir en dire plus en un minimum de temps pour faire bonne impression.

Comment y remédier ? Faites en sorte que vos sujets soient brefs et clairs. MailerMailer suggère de rester en dessous de 50 caractères afin de garder l’attention de votre public et d’éviter les redoutables ellipses sur mobile.

Si cela représente un certain défi, c’est aussi l’occasion de faire preuve de créativité et de vraiment attirer l’attention de votre public dans ses boîtes de réception sans doute remplies de spam.

Essayez différentes options A/B pour voir lesquelles vous permettront d’obtenir les meilleurs taux ouverts de votre acheteur.

Erreur n°3 : Être tout entier sur vous

Le courrier électronique est une chose personnelle. À ses débuts, c’était un moyen de connecter instantanément ses amis et ses proches par de longues lettres et cartes électroniques numériques au lieu d’attendre l’arrivée du facteur, mais les choses ont changé.

Aujourd’hui, vous êtes plus susceptible de recevoir du spam d’une chaîne de restaurants que d’une personne que vous connaissez et lorsque vous envoyez à votre public un sujet égocentrique parlant de votre dernière vente ou de votre dernier produit, vous risquez de vous perdre dans tout ce bruit.

Comment y remédier ? Encadrez le contenu de votre courrier électronique en fonction de la valeur ou des avantages qu’il apporte à votre public.

Les gens ne se soucient pas de votre grande nouvelle, ils ne s’intéressent qu’à ce qui les intéresse, alors assurez-vous que votre sujet correspond directement à leurs préoccupations et à leurs intérêts personnels. Dites-leur exactement ce qu’ils obtiendront en cliquant sur « ouvrir ».

Le plus simple est de remplacer toutes vos déclarations « nous » et « nos » par « vous » et « votre ». Par exemple :

  • Merci d’avoir téléchargé notre livre électronique → Voici votre livre électronique gratuit !
  • Découvrez notre toute nouvelle fonction de génération de pistes →. Donnez un coup de fouet à la génération de pistes de votre entreprise avec ceci !
  • Nous avons de bonnes nouvelles. → Vous allez adorer cette grande nouvelle.

Utilisez également votre base de données de contacts pour personnaliser la copie de quelque manière que ce soit. L’utilisation des données dont vous disposez pour traiter vos sujets permettra de les rendre plus pertinents pour votre public et, par conséquent, d’attirer plus facilement ses clics.

En fait, en vous adressant à votre contact par son nom, vous augmenterez probablement votre taux de clics de 14 %, alors n’ayez pas peur d’expérimenter vos options.

Erreur n°4 : Ne pas être testé !

Lorsqu’il s’agit d’une importante campagne de marketing par e-mail, la dernière chose que vous voulez faire est de perdre votre public à la case départ parce que le sujet les a effrayés.

Vous voulez vous assurer que le sujet qui leur convient dans leur boîte de réception est le bon, et qu’il donne les meilleurs résultats possibles, mais de nombreux spécialistes du marketing en négligent l’importance et se contentent d’organiser quelque chose cinq minutes avant de le programmer.

Comment y remédier ? N’appliquez pas aveuglément le statu quo. Bien qu’il existe des dizaines de bonnes pratiques étayées par des données à utiliser dans l’objet de vos courriels, les acheteurs de chaque organisation sont différents et peuvent finalement réagir différemment aux mêmes choses.

Comme l’a dit un jour le fondateur de WiderFunnel, Chris Goward, « Nous écoutons notre instinct, puis nous testons ce qu’il dit. Nous créons les meilleures pratiques, puis nous les testons. Nous écoutons les opinions, puis nous leur envoyons des textes. Nous écoutons les conseils des experts, puis nous les testons ».

Les meilleures pratiques ou même les idées des pairs ne doivent servir que de base pour commencer vos essais.

Lorsque vous commencez une campagne par courrier électronique, réunissez votre équipe pour réfléchir à un éventuel objet, comme vous le feriez pour le message interne. Lorsque vous avez terminé, testez-les. Avec ces données en main, vous pourrez passer à votre campagne en toute confiance, sachant que votre risque a été calculé. Si sans risque, il n’y a pas de récompense, avec un risque calculé, votre récompense ne sera que d’autant plus grande.

Les commentaires sont fermés.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap